Les résistances aux traitements anticancéreux : les résistances secondaires aux thérapies ciblées

Introduction 

Dans les adénocarcinomes broncho-pulmonaires, l’usage en routine des tests théranostiques, tant sur le tissu tumoral que sur ADN tumoral circulant, a permis aux patients ayant un driver oncogénique avec mutations activatrices de bénéficier des thérapies ciblées. Ces dernières ont rendu possible l’amélioration de la survie des patients (Fig. 1) (1).

 

Figure 1

Survie de patients avec ou sans thérapies ciblées.

Présence de thérapie ciblée : médiane de survie de 3,5 années.

Absence de thérapie ciblée : médiane de survie de 2,4 années.

Pas de driver oncogénique : médiane de survie de 2,1 années.

 

Les résistances secondaires aux thérapies ciblées

Néanmoins, au cours de ces thérapies, les patients développent des résistances secondaires, conduisant à la perte de l’efficacité et la progression de la maladie. Il est donc recommandé en cas de progression de refaire les tests moléculaires par prélèvement tissulaire ou par biopsie liquide.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles