ESMO 2019 – Oncologie urologique

  • Ce congrès de l’ESMO a été riche en cancérologie génito-urinaire, notamment dans les carcinomes urothéliaux et les cancers de prostate.
  • Comme dans les cancers ovariens, les inhibiteurs de PARP ont eu la part belle lors du congrès dans les carcinomes prostatiques métastatiques avec altérations de BRCA1/2/ATM.
  • Les anticorps conjugués aux drogues ont confirmé leur rôle clé dans les cancers urothéliaux.

TOP 1 – Les cancers de prostate localisés

La radiothérapie adjuvante est un standard dans les cancers de prostate localisés depuis la publication de trois essais randomisés (1-3). Cependant, 40 % des patients traités par chirurgie exclusive ne nécessiteront pas une radiothérapie complémentaire après un suivi médian de 10 ans.

L’étude RADICALS-RT

Design

L’essai de phase III randomisé et multicentrique RADICALS-RT a évalué l’intérêt d’une radiothérapie adjuvante (Fig. 1) (4). Au total, 1 396 patients ont été inclus avec un PSA post-opératoire ≤ 0,2 ng/ml et au moins un facteur de risque (pT3/4, Gleason 7-10, PSA pré-opératoire ≥ 10 ng/ml, marges positives) et randomisés :
• soit dans le bras radiothérapie adjuvante,
• soit surveillance et radiothérapie de rattrapage.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles