• Cette année le congrès de l’ESMO a mis l’ORL à l’honneur avec deux communications en sessions présidentielles.
  • On a enfin répondu à une question majeure puisque pour la première fois était présenté un essai de phase III testant l’immunothérapie par un anti-PD-1 en première ligne. Comme on va le voir, les résultats sont positifs, au moins pour une partie des patients.
  • Réponses également sur la potentialisation de la radiothérapie par le cisplatine ou le cétuximab et où l’on voit qu’il ne faut pas désescalader à tort et à travers.
  • Enfin, une certaine interrogation sur le choix des communications en session orale dont la qualité laissait à désirer, avec au contraire des sessions en poster discussion de grande qualité qui assurément auraient mérité mieux.

1 – Le pembrolizumab en première ligne

Incontestablement l’étude phare du congrès en ORL. Devant l’efficacité des anti-PD-1 après échec d’un sel de platine (le nivolumab a l’AMM ainsi que le remboursement et le pembrolizumab l’AMM pour les tumeurs dont le PD-L1 est supérieur à 50 %), ces inhibiteurs sont testés en première ligne. Une analyse intermédiaire de la première grande étude a été présentée. Cet essai de phase III est à trois bras comme indiqué sur la figure 1. Les objectifs principaux étaient les survies globale et sans progression dans les populations totale, ou positive pour PD-L1 mesuré en CPS avec deux seuils différents (1 et 20).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles