Site professionnel spécialisé en Oncologie

L’essentiel en un clin d’œil
• Cette édition 2020 de l’ASCO restera dans les mémoires comme le premier congrès majeur de cancérologie entièrement dématérialisé, ce qui présente des avantages, notamment en termes d’empreinte carbone, mais aussi des inconvénients. Il est en effet frustrant de ne pas pouvoir discuter à chaud des résultats communiqués et de leur impact dans notre pratique clinique.
• Cela a été le cas pour les trois essais PRODIGE-23, RAPIDO et OPRA pour les adénocarcinomes du rectum.
• Plusieurs essais concernant les cancers ORL et impliquant la radiothérapie suscitent également des discussions.
• Autres points forts : l’innocuité de l’association radio-thérapie-inhibiteurs de checkpoint démontrée par la FDA et la confirmation de l’importance de la radiothérapie stéréotaxique pour les patients ayant une maladie oligométastatique.
• Un ASCO certes à domicile, mais un bon ASCO quand même pour la radiothérapie !

TOP 1 – Radiothérapie et cancers ORL : vers la désescalade thérapeutique ?

Place de la radiothérapie dans les carcinomes épidermoïdes ORL

La radiothérapie occupe une place majeure dans l’arsenal thérapeutique pour les carcinomes épidermoïdes ORL. Associée à une chimiothérapie par cisplatine 100 mg/m2, elle est le traitement de référence des tumeurs localement avancées depuis la publication de la méta-analyse MACH-NC en 2000. Bien que très efficace, elle est également responsable d’effets secondaires tardifs détériorant la qualité de vie des patients. Les patients ayant une tumeur liée à une infection à HPV (HPV+) ont un meilleur pronostic du fait d’une meilleure radio- et chimio-sensibilité et une survie prolongée, car ils ont beaucoup moins de comorbidités. La désescalade thérapeutique devient donc primordiale afin d’améliorer la qualité de vie des patients mais ne doit pas entraîner une perte de chance. Celle-ci peut passer par une désescalade de dose de radiothérapie, une modification du traitement concomitant ou une diminution des volumes irradiés. Ces trois voies ont été abordées à l’ASCO cette année.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles