ASCO 2018 – Oncologie urologique

  • Cette année en oncologie urologique l’actualité a été dominée par les résultats de l’étude CARMENA évaluant la place de la néphrectomie dans le cancer du rein métastatique.
  • Dans les tumeurs urothéliales, l’erdafitinib donne des taux de réponses encourageant chez des patients dont la tumeur présente une altération de FGFR.
  • Dans le cancer de prostate métastatique résistant à la castration, l’intérêt de l’olaparib semble se confirmer, alors que l’immunothérapie est plutôt décevante.

1. Le sunitinib n’est pas inférieur à la néphrectomie + sunitinib chez des patients ayant un cancer du rein métastatique d’emblée

A Méjean a présenté en plénière les résultats de l’étude de phase III randomisée CARMENA. Il s’agit d’une étude de non-infériorité du sunitinib seul par rapport à la néphrectomie + sunitinib chez des patients ayant un cancer du rein à cellules claires métastatique d’emblée et accessible à la néphrectomie. 450 patients ont été inclus dans cet essai, 42 % avaient une tumeur de mauvais pronostic selon la classification IDMC. La taille médiane de la tumeur du rein était de 88 mm dans les deux bras et la charge tumorale médiane globale était autour de 140 mm. 76 % des patients avaient des métastases pulmonaires et 36 % des métastases osseuses.

Dans la population en intention de traiter, la survie globale dans le bras sunitinib seul était de 18,4 mois (95 % IC : 14,7-23,0) versus 13,9 mois (95 % IC : 11,8-18,3) dans le bras néphrectomie + sunitinib. L’HR de décès était de 0,89 (95 % IC : 0,71-1,10) et la limite supérieure de l’intervalle de confiance n’excédait pas la limite préfixée de non-infériorité (1,2). Le sunitinib n’est donc pas inférieur à la néphrectomie + sunitinib chez des patients ayant un cancer du rein métastatique. Les données sont similaires dans l’analyse per-protocole.
La survie sans progression médiane était de 8,3 mois (95 % IC : 6,2-9,9) dans le bras sunitinib seul versus 7,2 mois (95 % IC : 6,7-8,5) dans le bras néphrectomie + sunitinib (HR = 0,82 ; 95 % IC : 0,67-1,00). Les taux de réponses objectives étaient comparables dans dans les 2 bras (27-29 %), mais il y avait plus de patients dans le bras sunitinib seul qui avaient un “bénéfice clinique” défini comme un contrôle de la maladie pendant 12 semaines au moins (47,9 versus 36,6 %).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles