• Toujours le mélanome, avec en situation métastatique, la nouvelle combinaison encorafénib + binimétinib qui a montré des résultats très encourageants en termes de survie globale qui relancent l’intérêt de la thérapie ciblée.
  • Néanmoins, l’immunothérapie reste à l’honneur avec les données de survie de la Keynote-006 à 4 ans et du rechallenge chez les patients en rechute après les 2 ans de traitement par pembrolizumab.
  • Cet ASCO a fait aussi la part belle aux autres tumeurs cutanées en particulier le carcinome de Merkel avec des résultats très prometteurs des anti-PD1 en néoadjuvant et des résultats confirmés en phase métastatique, mais également pour les carcinomes épidermoïdes qui confirment être d’excellents candidats à une immunothérapie par anti-PD1.

1. La combinaison encorafénib + binimétinib montre des résultats prometteurs dans le mélanome métastatique

L’étude de phase III COLOMBUS a comparé la nouvelle association anti-BRAF anti-MEK encorafénib 450 mg/j + binimétinib 45 mg x 2/j versus vémurafénib 960 mg x 2/j ou encorafénib 300 mg/j avec une randomisation 1:1:1, chez des patients porteurs de mélanome métastatique avec une mutation BRAFV600, naïfs de traitement ou ayant reçu une ligne d’immunothérapie (Fig. 1).

Figure 1 – Étude COLOMBUS : design et objectifs.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles