Prise en charge des nausées et vomissements chimio-induits : mise à jour

Les nausées et vomissements sont un des effets indésirables les plus redoutés par les patients qui débutent un traitement par chimiothérapie anticancéreuse. La perception comparée des patients et des soignants montre qu’il existe encore un écart important pouvant être préjudiciable dans l’optimisation des traitements antiémétiques. Une mauvaise gestion des nausées et vomissements chimio-induits (NVCI) peut entraîner des complications comme une malnutrition ou une déshydratation, un allongement de l’hospitalisation, en particulier en cas de vomissements retardés, une altération de la qualité de vie, voire l’abandon de la chimiothérapie par le patient. Les grandes sociétés internationales se sont intéressées à ce problème et des recommandations ont été proposées par la MASCC, la NCCN, l’ESMO, l’ASCO et l’AFSOS notamment.

Abstract: Management of chemo-induced nausea and vomiting, update
Nausea and vomiting are one of the most feared side effects for patients starting cancer chemotherapy. The comparative perception of patients and caregivers shows that there is still a significant gap that can be detrimental in the optimization of anti-emetic treatments. Poor management of NVCI can lead to complications such as malnutrition or dehydration, prolonged hospitalization, especially in case of delayed vomiting, impaired quality of life, and even patient’s withdrawal from chemotherapy.
The most important international societies have been interested in this problem and recommendations have been proposed by MASCC, ASCO, ESMO, NCCN and AFSOS.

Introduction

On reconnaît quatre types de NVCI :
• Les vomissements aigus qui surviennent dans les 24 heures suivant la chimiothérapie.
• Les NVCI retardés survenant au moins dans les 24 heures post-traitement et pouvant durer jusqu’à 7 jours.
• Les NV anticipés apparaissant avant le deuxième cycle ou les suivants, mais pouvant survenir n’importe quand.
• Les NVCI réfractaires après échec d’un traitement prophylactique ou de sauvetage adapté.
Les facteurs de risque liés aux patients sont le jeune âge, le sexe féminin, pas ou peu de consommation alcoolique, des antécédents de NVCI et l’anxiété. Les facteurs de risque liés aux traitements sont le potentiel hautement émétisant de certaines chimiothérapies et la dose intensité (Tab. 1).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles