Site professionnel spécialisé en Oncologie

Les carcinomes basocellulaires : une évolution lente, mais au potentiel destructeur important

Le carcinome basocellulaire est le cancer le plus fréquent dans le monde, et représente la majorité des cancers cutanés. Bien que l’évolution métastatique soit exceptionnelle, son diagnostic et sa prise en charge doivent être les plus précoces possible afin d’éviter une évolution locale importante.

Résumé

Le carcinome basocellulaire (CBC) est le cancer le plus fréquent dans le monde. Il atteint les sujets âgés, de phototype clair, et se situe le plus fréquemment en zone photo-exposée. Son évolution est lente et essentiellement locale, avec néanmoins un potentiel destructeur important à terme. Le principal facteur de risque est l’exposition solaire cumulative, et la protection solaire représente donc le principal moyen de prévention. Le traitement de référence repose sur la chirurgie, néanmoins des alternatives comme la radiothérapie ou les thérapies ciblées peuvent parfois se discuter.

Abstract

Basal cell carcinoma

Basal cell carcinoma (BCC) is the most common cancer. It affects elderly subjects, fair-skinned patients and is most frequently localized in sun-exposed areas. Its evolution is slow and essentially local, with nevertheless an important destructive potential in the long term. The main risk factor is cumulative sun exposure. Prevention is based on sun protection. The gold standard treatment is surgery, but alternatives treatment such as radiotherapy or targeted therapies can sometimes be discussed.

Généralités

Épidémiologie

Un problème de santé publique

Les personnes âgées et les hommes sont les plus touchés (âge moyen de 64 ans, et 1,5 à 2 fois plus fréquent en population masculine), mais ceci tend à évoluer : le diagnostic concerne de plus en plus de sujets jeunes et de sexe féminin.
Le carcinome basocellulaire (CBC) représente ainsi un problème de santé publique, notamment sur le plan médical et économique, occupant, à titre d’exemple, la cinquième position des cancers les plus coûteux selon la base américaine Medicare.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles