La pharmacopée antalgique en cancérologie s’est enrichie ces dernières années par l’arrivée des fentanyl d’action rapide qui ne doivent être utilisés que dans certains cas bien particuliers. Cet enrichissement vient compléter une liste de produits déjà bien fournie. La France a la chance de pouvoir utiliser des produits variés, adaptés à chaque situation, avec des dosages autorisant la précision et la rigueur, pour augmenter encore l’efficacité et la qualité de vie, sans trop d’effets indésirables. À côté de la morphine, produit référent et incontournable des douleurs cancéreuses, le choix est vaste et nous permet d’adapter très spécifiquement les prises en charge de manière très individualisée avec des produits plus ou moins puissants, plus ou moins co-analgésiques, plus ou moins synergiques ou complémentaires.Le taux de douleurs réfractaires reste autour de 15 % (enquête Inca 2010), mais commence à s’améliorer avec le concept d’antalgie multimodale et les nouvelles techniques de délivrance périmédullaire.

La lecture de ce dossier est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez ce dossier

Ajoutez ce dossier à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles