Site professionnel spécialisé en Oncologie

ASCO 2021 – Oncologie urologique

L’essentiel en un clin d’œil

• Une session plénière riche en urologie cette année à l’ASCO avec les résultats de l’essai de phase III VISION qui montrent un bénéfice en survie globale avec le 177LuPSMA-617 chez les patients ayant un cancer de prostate métastatique résistant à la castration multitraité et les résultats de la KEYNOTE-564 évaluant le pembrolizumab en adjuvant dans le cancer du rein.

• L’abiratérone confirme son bénéfice chez les patients ayant un cancer de prostate métastatique d’emblée, hormonosensible.

 

TOP 1 / Le cancer de prostate : LuPSMA comme arme thérapeutique

L’étude VISION

L’essai international VISION évaluant le lutétium PSMA chez les patients ayant un cancer de prostate métastatique résistant à la castration a été présenté en plénière et depuis publié. Il s’agit d’un essai de phase III randomisé international qui compare l’administration de 177LuPSMA-617 + traitement standard au traitement standard seul.

177LuPSMA-617 et PSMA

177LuPSMA-617 est un ligand radioactif qui va se lier au PSMA, être internalisé et libérer un rayonnement β aux cellules tumorales et au microenvironnement proche. Le PSMA est une glutamate carboxypeptidase transmembranaire fréquemment exprimée à la surface des cellules de cancer de prostate.

Patients et traitement

Pour être incluables, les patients devaient déjà avoir reçu au moins un traitement hormonal de deuxième génération et une ou deux lignes de taxanes. Pour les patients qui n’avaient pas reçu de cabazitaxel, ils ne devaient pas être éligibles à un tel traitement. Le traitement standard ne pouvait être ni de la chimiothérapie ni de l’immunothérapie ni du Radium-223 ni un traitement expérimental. Les patients étaient éligibles si au moins une lésion fixait le PSMA (à un niveau supérieur au bruit de fond hépatique) au PET-68Ga-PSMA-11 et si aucune lésion significative ne fixait pas le PSMA (lésion osseuse avec atteinte des tissus mous ≥ 1 cm de petit axe, adénopathie ≥ 2,5 cm de petit axe ou métastase viscérale ≥ 1cm de petit axe). La randomisation se faisait 2 pour 1. Le 177LuPSMA-617 était administré à la dose de 7,4 GBq toutes les 6 semaines pour quatre cycles, le traitement pouvait être poursuivi jusqu’à six cycles.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles