ASCO 2017 – ORL : « Des réponses majeures en termes de rythmes d’administration du cisplatine »

Résumé

Cette année, le congrès de l’ASCO a permis de répondre à des questions majeures en radiochimiothérapie concernant les rythmes d’administration du cisplatine. Alors que l’on sait que le cisplatine à la dose de 100 mg/m2 toutes les 3 semaines est toxique, de plus en plus d’équipes utilisent le cisplatine hebdomadaire. Si cette approche apparaît licite dans les cancers du cavum, elle ne l’est pas dans les cancers épidermoïdes ORL habituels. Une étude a démontré l’intérêt de la vaccination anti-HPV pour les deux sexes. Les anti-EGFR en entretien n’ont pas d’intérêt après une radiochimiothérapie exclusive, et une étude intéressante a pour la première fois suggéré que l’approche chirurgicale est supérieure à la radiochimiothérapie exclusive dans les cancers de l’oropharynx.

 

Abstract: Top 5 in ORL cancers

This year, the ASCO meeting allowed to answer major questions about chemoradiation concerning the rhythms of administration of cisplatin. Since cisplatin at 100 mg/m2 every 3 weeks is toxic, more and more teams use weekly cisplatin. If this approach appears lawful in UCNT, it should not be used in the usual SCCHN. One study demonstrated the value of HPV vaccination in both sexes. The anti-EGFR in maintenance are of no interest after an exclusive chemoradiotherapy and an interesting study has for the first time suggested that the surgical approach is superior to the exclusive chemoradiotherapy in cancers of the oropharynx.

1. Cisplatine dans les UCNT

Hu L, Wei-Xiong X, Xing L et al. Concurrent chemoradiotherapy with 3-weekly versus weekly cisplatin in patients with locoregionally advanced nasopharyngeal carcinoma: A phase 3 multicentre randomized controlled trial (ChiCTR-TRC-12001979). J Clin Oncol 2017 ; 35 (suppl; abstr 6006).

Cette étude avait pour but de comparer l’efficacité du cisplatine hebdomadaire à la dose de 40 mg/m2 dans les cancers indifférenciés du cavum (UCNT). En effet, le cisplatine ajouté à la radiothérapie augmente la survie des patients par rapport à la radiothérapie seule. Deux schémas ont été étudiés : le cisplatine toutes les 3 semaines comme dans les cancers ORL classiques ou bien en hebdomadaire comme dans les cancers du col utérin. Aucune étude n’avait comparé directement les deux approches (1). Cette étude de non-infériorité a donc cherché à démontrer que le cisplatine hebdomadaire pouvait devenir le nouveau standard. Entre 2011 et 2016, 520 patients avec un UCNT de stade III/IV ont été irradiés en IMRT (68-70 Gy) et randomisés entre une potentialisation par six cycles de cisplatine hebdomadaire à la dose de 40 mg/m2 ou deux cycles à la dose de 100 mg/m2. L’objectif était la survie sans échec. De façon un peu surprenante, les toxicités de grade 3/4 étaient similaires dans les deux bras, sauf pour les thrombopénies et les neutropénies qui étaient plus importantes dans le bras hebdomadaire (5 et 27 % respectivement contre 1 et 16 %).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles