Site professionnel spécialisé en Oncologie

Première évaluation d’impact social de la Maison Rose sur les patientes atteintes de cancer

Les Maisons Rose sont des dispositifs originaux d’accompagnement qui prennent en compte de manière globale les femmes touchées par le cancer. La première accueille en moyenne 500 femmes par mois et la seconde près de 1 000. L’association RoseUp, avec le soutien de la Fondation L’Oréal et de Pfizer France, a confié à l’agence Phare la réalisation d’une étude d’impact à travers une enquête qualitative puis un questionnaire qui permet de mesurer de quelle façon les Maisons Rose transforment le quotidien des femmes touchées par le cancer et celui de leurs proches. L’évaluation démontre cinq impacts sociaux.

  1. L’amélioration du bien-être : dans un « cadre agréable », avec une équipe « à l’écoute » et favorisant « la prise de parole » de chacune, les femmes se sentent considérées comme des personnes et non plus comme des patientes. Pour 81 % des adhérentes, il est possible de « craquer » dans le cadre protégé de la Maison Rose – un lâcher prise qu’elles s’interdisent à l’hôpital et au sein de leur famille.
  2. La reconstruction de soi : en donnant accès à des soins de support et à des conseils, la Maison Rose complète le maillon manquant du parcours de vie des femmes touchées par la maladie et les aide à « mieux gérer les effets secondaires ». 41 % des adhérentes se sentent plus capables d’y faire face et reprennent ainsi la maîtrise des transformations corporelles subies.
  3. L’autonomisation dans le parcours de soins : rendez-vous, attentes interminables, annulations, radios, analyses dont on ne comprend pas toujours le sens, la Maison Rose aide ses adhérentes à décrypter leur vécu hospitalier, apaise le rapport soignées/soignants. 40 % des femmes ont le sentiment de mieux communiquer avec le personnel soignant grâce à l’aide de l’équipe de la Maison Rose et d’être plus actrices qu’auparavant dans leurs propres choix…
  4. La préservation de la vie sociale : la Maison Rose prévient les risques d’isolement post-traitement. La présence à la Maison Rose est perçue comme une continuité du parcours de soins qui les rassure et ne les « lâche pas dans la nature ». Par ailleurs la majorité d’entre elles (80 %) ont le sentiment avec la Maison Rose d’appartenir à une « communauté de soutien ». Plus d’un tiers des adhérentes estiment que la Maison Rose les a aidées à améliorer leurs relations avec leurs proches.
  5. La sécurisation des trajectoires professionnelles : notamment à travers le programme Rose Coaching Emploi composé de 20 rendez-vous en 3 mois avec 7 professionnels. 69 % des femmes ayant participé à ces ateliers déclarent avoir trouvé de l’énergie pour mener de nouveaux projets et 81 % approuvent l’idée que la Maison Rose facilite la reprise d’une activité professionnelle.

MC d’après le communiqué de RoseUp du 16 septembre 2020.