Site professionnel spécialisé en Oncologie

Cancers bronchopulmonaires avec altérations moléculaires de MET et RET : vers de nouvelles pistes thérapeutiques

Les altérations moléculaires sont fréquentes chez les patients atteints de carcinomes bronchiques non à petites cellules (CBNPC). Depuis la découverte des mutations de l’EGFR dans les années 2000, de nombreuses études ont été réalisées et se sont intéressées à d’autres gènes tels que MET et RET dont les pistes thérapeutiques ont connu une avancée majeure ces derniers mois.

Résumé

Les altérations de MET et de RET sont retrouvées respectivement dans 3 à 4 % et 1 à 2 % des CBNPC. Des pistes thérapeutiques se sont développées ces dernières années avec l’utilisation des inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK). Concernant les mutations de l’exon 14 de MET : chez les patients porteurs d’un CBNPC avancé, après une première ligne de traitement, il est possible d’utiliser des ITK non sélectifs tels que le crizotinib dont les résultats sont controversés ou des ITK sélectifs tels que le capmatinib, le tépotinib et le savolitinib. Concernant les amplifications de MET : il est possible d’utiliser le capmatinib dont l’efficacité est plus marquée si le nombre de copies est supérieur à 10. Concernant les fusions de RET : chez les patients porteurs d’un CBNPC avancé, après une première ligne de traitement, il est possible d’utiliser le selpercatinib et le pralsétinib. Au bout d’un certain temps, des mécanismes de résistance apparaissent et il est important de les identifier pour cibler au mieux les traitements. Dans les mois à venir, de nouvelles pistes seront à surveiller comme le développement des anticorps bispécifiques.

Abstract

Bronchopulmonary cancers with MET and RET molecular alterations

MET and RET alterations are found respectively in 3 to 4% and 1 to 2% of non-small cell lung cancer (NSCLC). Therapeutics have been developed in recent years with the use of tyrosine kinase inhibitors (TKI). For MET exon 14 mutations: for patients with advanced NSCLC, after a first line of treatment, it is possible to use non-selective TKI such as crizotinib, whose results are controversial, or selective TKI such as capmatinib, tepotinib and savolitinib. For MET amplifications, capmatinib can be used and is more effective if the copy number is greater than 10. for ret fusion: for patients with advanced nsclc, selpercatinib and pralsetinib can be used after a first line of treatment. After some time, resistance mechanisms appear and it is important to identify them in order to best target treatments. In the coming months, new therapeutics will be monitored such as the development of bi-specific antibodies.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Onko +.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles